Croisière expédition

La croisière dite « expédition », bien moins connue que la croisière « classique », en est une variante. Le concept de base qui est d’utiliser un navire comme moyen de déplacement, est le même dans les deux cas. La croisière expédition se différencie de la croisière traditionnelle, par le fait que bien souvent, les destinations proposées se trouvent dans des régions reculées du globe.
☞ Une croisière expédition, c’est quoi ?
Partir en croisière expédition, en particulier dans les régions polaires, c’est en général quitter un port, naviguer, partir à l’aventure et ne retrouver le « monde civilisé » que quelques jours plus tard ! En bref, vous partez loin de tout…
☞ Quels moyens ?
Quelque soit sa taille, le bateau est utilisé comme moyen de déplacement, de restauration et de repos. C’est également un lieu d’échange, où sont proposés conférences, projections de films, briefings, mais également une extraordinaire plateforme d’observation (animaux, glaces, paysages…)
L’utilisation de Zodiacs (embarcations pneumatiques à moteur), rend les excursions possibles depuis le navire, afin d’aller au plus proche de la faune et de la flore, d’évoluer entre les glaces, où encore de se rendre à terre afin d’aller randonner, explorer, découvrir…
Certains voyagistes proposent également des sorties en kayaks, du camping et même de la plongée sous-marine.
Navigation en zodiac devant un front de glacier au Spitzberg Zodiacs au Kamtchatka
☞ Quelle organisation et quel programme ?
Dans les régions polaires, tout dépend des conditions de glace, de la météo et des évènements imprévus comme l’observation d’animaux (ours, baleines…). D’une manière générale, deux sorties sont prévues par jour, mais rares sont les voyages qui se déroulent exactement tels que présentés dans une brochure touristique. Les programmes sont là pour donner l’idée générale du voyage, mais doivent bien souvent être adaptés au jour le jour en fonctions des conditions sur place. Voir la rubrique dédié au programme et itinéraire.
☞ L’encadrement :
A bord, en plus de l’équipage du navire (équipes de navigation, technique, d’hôtellerie…) l’encadrement est assuré par une équipe de guides dirigée par un chef d‘expédition. Le nombre de guides dépend de la taille du bateau et du nombre de passagers, mais tous ont un objectif en commun : partager leur passion pour les régions visitées, qu’ils soient spécialistes des oiseaux, des mammifères marins, de l’histoire, des glaces…
De part leurs expériences, leur formation, leurs connaissances et surtout leur passion, ils apportent une part pédagogique à ce voyage, mais assurent également la sécurité de celui-ci.
☞ Quel type de navire choisir ?
Répondre à cette question, c’est d’abord bien réfléchir aux objectifs que l’on se donne pour un voyage. Ainsi on ne navigue pas dans les glaces avec un navire à coque non renforcée, et il est parfois impossible d’évoluer dans certaines zones avec un bateau de 200 passagers par exemple. L’offre des voyagistes est en général assez vaste, nous avons choisi de ne vous proposer que des voyages sur des navires de 10 à 200 passagers maximum. Au delà pour nous, il ne s’agit plus vraiment d’une croisière expédition…
Il faut donc réfléchir à l’expérience que vous voulez vivre. Les aspects à prendre en compte sont :
– la taille du groupe avec lequel vous souhaitez voyager
– la thématique qui vous intéresse le plus (observation des animaux, voyage sur le thème de la photographie…)
– la langue parlée à bord (pour l’encadrement, les conférences…)

Navire de croisière expédition au Groenland
☞ Quelle langue est parlée à bord ?
Sur la plupart des bateaux la langue principale parlée à bord est l’anglais (les équipages étant souvent de différentes nationalités). Mais l’équipe d’encadrement peut aussi être francophone (et parfois également tout ou partie de l’équipage).
Afin de connaitre la ou les langues utilisées à bord du navire au cours de votre voyage, référez-vous aux petits drapeaux accompagnant chaque voyage présenté sur ce site.
: l’encadrement est exclusivement en anglais
: l’encadrement est exclusivement francophone
: l’encadrement est à la fois anglophone et francophone. Les deux langues seront donc utilisées à bord puisqu’il y aura des passagers francophones et anglophones.
Par encadrement, nous entendons les conférences, briefings, commentaires, programmes…
☞ Quelle période ?
Pour les croisières expéditions dans les régions polaires, il est conseillé de partir :
– de début juin à mi-septembre pour l’Arctique
– de mi-novembre à mi-février pour l’Antarctique
☞ Quelle condition physique ?
La plupart des croisières expéditions sont d’une manière générale accessibles à tous. Il faut cependant bien se renseigner au préalable auprès du voyagiste sur deux points :
– les activités proposées lors du voyage : ainsi une randonnée de 4-5h demande une bonne condition physique, alors qu’une promenade en zodiac est ouverte à tous.
– l’accessibilité à bord du navire : certains anciens navires ne permettent pas un accès aux personnes à mobilité réduite, n’ont pas d’ascenseur, peuvent avoir un nombre important d’escaliers…
☞ A propos du mal de mer…
Le mal de mer peut « frapper » dans n’importe quelle mer du globe et chacun(e) y est sensible de différente manière. Bien évidemment, plus un voyage comporte de jours de navigation, plus il y a de chances de vivre une tempête. Les zones réputées pour leur tempête sont :
– le détroit du Danemark entre la côte Est du Groenland et l’Islande
– le passage de Drake entre la pointe de l’Amérique du Sud et la péninsule Antarctique
– tout l’océan austral d’une manière générale
Une fois le navire positionné dans les nombreux fjords et baie des zones visitées, il n’y a plus rien à craindre pour celles et ceux qui sont sensibles aux mouvements des navires.
Plusieurs remèdes existent pour palier aux effets du mal de mer, mais attention aux effets secondaires de certains ! Renseignez-vous auprès de votre médecin et gardez à l’esprit que ces mers et océans sont aussi très souvent calmes…


01d55efcee67a0f26909b2e7ad85d796tttttttttttttttttttttttttttt